LA FANFARE ARMÉNIENNE DU NÉGUS Représentations des étrangers, usages du passé et politique étrangère des rois d'Éthiopie au début du 20e siècle

Résumé : La création de la première fanfare royale d’Éthiopie — en 1924, formée de quarante enfants des orphelinats du Patriarcat arménien de Jérusalem et dont le chef d’orchestre composa le premier hymne national éthiopien, doit être mise en perspective avec l’emploi de nombreux artisans arméniens à la cour impériale, depuis la fin du 19 siècle, et avec les liens séculaires entretenus entre la monarchie éthiopienne et l’Église arménienne. Dans le contexte d’une immigration européenne inédite et de la menace coloniale exercée sur ce seul État africain admis à la Société des nations, la fanfare arménienne du négus révèle l’utilisation politique des représentations des étrangers héritées du passé par les souverains éthiopiens du début du 20e siècle.
Type de document :
Article dans une revue
Vingtième siècle, Fondation Nationale des Sciences Politiques, 2013, <10.3917/ving.119.0085>
Liste complète des métadonnées

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01510048
Contributeur : Boris Adjemian <>
Soumis le : mardi 18 avril 2017 - 22:16:44
Dernière modification le : jeudi 20 avril 2017 - 01:10:53

Fichier

VING_119_0085.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

Collections

Citation

Boris Adjemian. LA FANFARE ARMÉNIENNE DU NÉGUS Représentations des étrangers, usages du passé et politique étrangère des rois d'Éthiopie au début du 20e siècle. Vingtième siècle, Fondation Nationale des Sciences Politiques, 2013, <10.3917/ving.119.0085>. <halshs-01510048>

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

46

Téléchargements du document

3