Acteurs de la mobilisation collective contre le sida en Chine et solidarités transnationales : dynamiques locales et visibilité des groupes de défense des minorités sexuelles et sociales

Résumé : Le sida, avec son expansion et le cortège de peurs que le risque épidémique réveille, est à la fois moteur et révélateur du changement social comme de nombreuses études l'ont montré aujourd'hui à une échelle globale. En Chine comme dans d'autres pays non-occidentaux, parmi les changements sociaux significatifs, on constate une plus grande visibilité et l'émergence de groupes de défense ou d'activistes défenseurs de minorités sexuelles et sociales, un phénomène qui relève à une échelle nationale de la constitution d'une société civile, d'organisations et de mouvements sociaux aux ‘caractéristiques chinoises'. Depuis une décennie, date de la prise de conscience de l'existence du risque épidémique de sida et de sa possible gravité dans la société chinoise, certains activistes anti-sida parmi les plus engagés sont aussi des ardents défenseurs des droits des homosexuels. Là, on retrouve un modèle d'action expérimenté dans les années 1980 dans les pays du ‘Nord'. Par exemple, ces dernières années, ces militants ont œuvré pour dénoncer le scandale des ‘vendeurs de sang' contaminés par le VIH dans les provinces centrales de Chine. L'activisme anti-sida a été révélateur de la présence en Chine d'un potentiel de développement de mouvements gay/lesbiens dans les grandes métropoles, en particulier à Pékin. Mon article est articulé en deux parties : la première porte sur les dynamiques locales de la lutte avec l'évocation de (1) personnes engagées—des activistes à ‘plusieurs casquettes' (une casquette officielle, une autre d'activiste anti-sida et enfin d'activiste gay), (2) d'organisations sociales face ou avec l'Etat, (3) de groupes ou réseaux informels de défense de minorités sexuelles et sociales (de défense par exemple des travailleur(se)s de l'industrie du sexe). L'impact de ces dynamiques sur le stigmate associé au VIH et à ces minorités en faveur éventuellement d'une dé-stigmatisation sera aussi abordé. Dans la seconde partie, je m'intéresse aux dynamiques transnationales en identifiant des acteurs transnationaux et le rôle de ‘passeurs' de militants du ‘Nord' d'origine chinoise qui ont possiblement plus de poids que d'autres pour interagir avec les militants et les populations chinoises, et donc pour infléchir les dynamiques locales de mobilisation collective face au sida. Le rôle des NTIC (Nouvelles Techniques d'Information et de Communication), notamment des forums et des réseaux qui se développent grâce à l'usage de l'internet, sera envisagé à différentes échelles—intra-régionale et trans-régionale en Chine, transnationale dans le monde chinois et asiatique, et internationale : l'utilisation des NTIC et la création de réseaux sont des aspects qui caractérisent le processus de globalisation économique et culturelle à l'œuvre aujourd'hui dans le monde. La formation de solidarités transnationales est aussi une forme de globalisation, ‘sociale' cette fois, plus discrète et encore peu développée comparée aux formes plus achevées de la globalisation économique.
Type de document :
Article dans une revue
Face à Face, 2005, pp.31-40
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [24 références]  Voir  Masquer  Télécharger

http://hal.ird.fr/ird-00439934
Contributeur : Evelyne Micollier <>
Soumis le : mercredi 9 décembre 2009 - 03:09:35
Dernière modification le : mercredi 11 octobre 2017 - 01:01:38
Document(s) archivé(s) le : samedi 26 novembre 2016 - 16:29:17

Fichiers

FAF-2005.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

Collections

Citation

Evelyne Micollier. Acteurs de la mobilisation collective contre le sida en Chine et solidarités transnationales : dynamiques locales et visibilité des groupes de défense des minorités sexuelles et sociales. Face à Face, 2005, pp.31-40. 〈ird-00439934〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

341

Téléchargements de fichiers

149