Nouvelles formes de mobilisation collective contre le sida en Chine : dynamiques locales, solidarités transnationales et processus de normalisation internationale

Résumé : En Chine, comme dans d’autres pays asiatiques, le risque épidémique de VIH/sida fut dénié pendant plus d’une décennie par les autorités (1985-1996) et il ne fut publiquement reconnu comme un risque majeur qu’en 2001 (GILL et OKIE, 2007). En 2003, la crise générée par le risque épidémique de SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) a joué un rôle significatif dans la prise de conscience par le gouvernement de l’urgence des questions de santé publique et de l’impact d’explosions épidémiques sur le développement économique (SAICH, 2005). Ainsi, les risques associés aux maladies infectieuses – en particulier à l’infection par le VIH – furent réévalués dans le cadre de schèmes d’intervention à grande échelle (KAUFMAN et al., 2006 : 4-5). En avril 2005, la loi sur les maladies infectieuses fut révisée avec le retrait du sida de la liste des maladies nécessitant une mise en quarantaine obligatoire (FIDH, 2005). En 2006 furent promulguées des réglementations pour la prévention et le contrôle du sida, soulignant la responsabilité des gouvernements central et locaux et stipulant les droits et les obligations des personnes infectées (GILL et OKIE, 2007). L’adaptation locale « contextualisée » des réponses sociales et des modèles internationaux de politiques sanitaires est approchée par des regards croisés avec les outils de l’anthropologue. En effet, ces derniers, avec leurs méthodes et théories spécifiques, sont bien préparés à apporter un éclairage qui s’inscrit dans un continuum d’échelles – du local au global – et, inversement, à produire une analyse qui prend en compte des observations et des discours appréhendés à un niveau micro- social ainsi que des résultats issus d’autres disciplines des sciences sociales qui apportent une perspective macro-sociale. Ce chapitre est organisé en deux parties : la première porte sur l’évolution des politiques sanitaires à partir de la fin de l’année 2003, qui marque une nette rupture avec les politiques antérieures, et sur la situation épidémiologique, caractérisée par un mode de transmission par voie sexuelle dominant à partir de 2005 dans les nouveaux cas estimés (Unaids, 2006). Une telle situation pose de manière accrue le problème de la vulnérabilité des femmes face au VIH, travailleuses du sexe mais aussi femmes mariées.
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
Frédéric Eboko, Frédéric Bourdier, Christophe Broqua. Les Suds face au sida : quand la société civile se mobilise, IRD, pp.151-177, 2011
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [69 références]  Voir  Masquer  Télécharger

http://hal.ird.fr/ird-01527799
Contributeur : Evelyne Micollier <>
Soumis le : jeudi 25 mai 2017 - 16:28:51
Dernière modification le : mercredi 22 novembre 2017 - 01:22:59
Document(s) archivé(s) le : lundi 28 août 2017 - 17:07:16

Fichier

Mobilisations face au sida.Chi...
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

Collections

Citation

Evelyne Micollier. Nouvelles formes de mobilisation collective contre le sida en Chine : dynamiques locales, solidarités transnationales et processus de normalisation internationale. Frédéric Eboko, Frédéric Bourdier, Christophe Broqua. Les Suds face au sida : quand la société civile se mobilise, IRD, pp.151-177, 2011. 〈ird-01527799〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

55

Téléchargements de fichiers

96