Avoir un enfant dans le contexte du VIH, entre risque « résiduel » et normalisation, discours médicaux et liens sociaux

Résumé : La procréation dans le contexte du VIH s'est-elle banalisée depuis que le taux de transmission verticale est réduit à moins de 2% ? L'analyse des perceptions de couples montre que ce risque est toujours un objet d'inquiétude, d'autant plus qu'il semble multidimensionnel car souvent indissociable d'un risque horizontal de transmission au partenaire ; de plus, s'y est ajouté le risque iatrogène. Dans ce domaine, les médecins revendiquent un rôle d'information objective sans être directifs. Les femmes perçoivent clairement la distinction entre un jugement, qu'elles réfutent, et un avis, qu'elles acceptent ou parfois qu'elles recherchent. Certaines d'entre elles appliquent les propositions de leur médecin ; d'autres suivent partiellement l'avis et adaptent leur projet ; d'autres mettent en œuvre des stratégies diverses pour contourner l'avis médical. Dans tous les cas, la charge de rationalisation et d'inquiétude associée à la procréation et les enjeux qui lui sont associés laissent penser qu'elle n'est pas banalisée.
Document type :
Journal articles
Complete list of metadatas

https://hal.ird.fr/ird-00368247
Contributor : Alice Desclaux <>
Submitted on : Sunday, March 15, 2009 - 10:14:28 AM
Last modification on : Thursday, June 6, 2019 - 3:52:07 PM
Long-term archiving on: Tuesday, June 8, 2010 - 11:27:21 PM

Files

Desclauxva_MedSciences_2008.pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

Collections

Citation

Alice Desclaux, Marie-Laure Cadart. Avoir un enfant dans le contexte du VIH, entre risque « résiduel » et normalisation, discours médicaux et liens sociaux. médecine/sciences, EDP Sciences, 2008, 24 (hors série n°2), pp.53-61. ⟨ird-00368247⟩

Share

Metrics

Record views

793

Files downloads

1779